1924 - 1926

Widgetkit

En 1924, l'art animalier est en plein essor. Pompon, révélé en 1922 au salon d'Automne par son grand Ours Blanc, regroupe au Jardin des Plantes des jeunes animaliers qui étudient les modèles sur nature en suivant ses conseils.

Il représente la voie nouvelle dans la tradition du métier.

En 1924, un grand Pélican montre sa maîtrise. Petersen s'en souviendra. Edouard-Marcel Sandoz lui aussi sculpte et modèle. Il pratique la taille directe du marbre et des pierres de couleur. Son talent s'étend de la figure aux animaux. Son atelier, Villa d'Alésia, abritera une sorte de ménagerie. Petersen aimera y aller, seul ou accompagné de sa femme et de sa fille.

Les animaliers exposent en groupe annuellement au sein de la Société des Artistes Animaliers Français.

Le choix de l'animal s'affirme en 1926, Petersen travaille à la fauverie du Jardin des Plantes et se joint au groupe des adeptes de Pompon qui enseigne sa méthode sur le terrain. C'est une école de plein air, sans règle mais dans l'amitié et l'émulation.
Pompon impose une conception de la réalité tout en restant très proche de la vérité, basée sur la vision du volume global de l'animal sans s'attacher à des détails mais à son aspect mouvant dans la lumière, donc sans creux ni ombre. Cette méthode mise au point au fil des années lui avait permis d'arriver à la netteté de la forme, véritable découpage dans la lumière, fruit d'une synthèse du mouvement, de la vie animale et de l'espèce, cernée par une ligne "sans bout".

C'est l'étude dans la vie courante, sans geste ni sujet, mais avec une vraie compréhension du caractère de la bête, sensible dans la caresse de la forme qui provoque la tendresse. Petersen retiendra cet aspect très tôt en prenant comme modèles des animaux à peine sortis de l'enfance, comme l'Eléphanteau (n°40) attendrissant.
Il y avait de quoi faire réfléchir celui qui se mettait à l'étude et au service de l'art animalier. Petersen va profiter des résultats de cette ouverture vers la réalité et la simplicité. Il possède une technique très précise, le cubisme ne l'attire pas. Il est tenté par la variété des modèles dont l'élégance sert l'art décoratif et l'exotisme à la mode, comme les Gazelles, ses premiers modèles.

Ce n'est donc pas un hasard si Edgard Brandt, ferronnier d'art et propriétaire d'une galerie d'art appliqué à la décoration, le remarque. Mais il garde un pied en France et l'autre en Suisse où il a plusieurs possibilités d'exercer ses talents en orfèvre et en sculpteur.

La galerie Brandt a organisé une rétrospective de l'œuvre de Sandoz, sorte de prélude aux expositions salons qui feront la gloire des animaliers à cette époque, tant par leur qualité que par la diversité des techniques dans tous les domaines exploit par les décorateurs.

Dans l'équipe des animaliers attachés à la galerie Brandt, Pompon, Sandoz, Hernandez, le meilleur de l'art s'y rencontre, orienté par le souci de la tradition du métier. Il faut penser que le répertoire de Petersen comporte déjà suffisamment de modèles pour répondre aux exigences des expositions.

Welcome 200GBP Bonus at William Hill here.

Nous suivre sur les réseaux sociaux ...

Retrouvez toute l'actualité autour d'Armand Petersen également sur les réseaux sociaux.

facebook Armand Petersen sur facebook Armand Petersen sur le réseau social Pinterest instagram flickr tumblr